Recherche

Lundanaa : luxe, défilés de mode et conseils en style

Lundanaa est le site de mode spécialisé dans le Luxe. Vous retrouverez tout ce qu'il faut savoir sur les défilés de la Fashion Week de Paris, Milan, Londres et New York. Ici, l'histoire du luxe est mise en avant ! Venez participer à cette aventure où le luxe n'aura plus de secrets pour vous,

RENCONTRE AVEC : MARY MAI, MANNEQUIN AU DEBUT ATYPIQUE

La fashion week de Paris, permet de découvrir des personnalités différentes et essentiel au sein de la mode. Souhaitez-vous défiler pour un créateur ? Certains le souhaitent et d'autres le font ! Voici l'expérience unique de Mary Mai, jeune femme au style et à la beauté remarquable :



Lundana : Peux-tu nous parler de toi ?

Mary : Moi, je suis une jeune fille de banlieue, dans les quartiers "black blancs beurres", époque 90/00 . Je suis la petite dernière où j'étais élevée par ma mère avec ma soeur et mon frère. J'ai eu une enfance très solitaire où je jouais aux poupées avec des histoires toujours très dramatiques. Côté style, j'étais gothique et obèse jusqu'à mes 17 ans du type 1,60 m pour 80 Kilos. Voici le combo : gothique, obèse, mal dans sa peau et dans une cité où ton frère fait parti des « grands ». Ma période collège je n'ai pas aimé. Puis cette année en vacances je suis tombée gravement malade ce qui m’a fait perdre beaucoup de kilos et à la suite de ça j’ai décidée de prendre soin de moi.





Lundanaa : Tu as eu un passé gothique, donc est ce que tu as développé ton style avec ça ?


MARY : J'ai toujours aimé la mode, grâce à ma mère qui est très coquette. Le style gothique c'était vraiment pour sortir de ma zone de d’inconfort, je n’aime pas que l’on me mette dans des cases. J'adoptais un style plus gothique lolita des influences japonaises. c'était comme mon exutoire. C'est pour cela que mon goût pour la mode a toujours été affirmé.

Lundanaa : Est-ce que c'est grâce à ta mère que tu as un sens de la mode ?

MARY : Ma mère m'a apporté le sens du détail. Avec ma mère je n'ai pas du tout le même style
vestimentaire car elle a un style assez classique. alors que moi j'ai un style très affirmé, en mode "all black everything", avec des grosses boots et le hairstyle africanista.


Lundanaa: depuis ton enfance, quels ont été tes goûts en matière de mode


MARY : J’ai toujours eu un style assez fort et affirmé mais qui s’est affiné avec les années J’avais constitué un projet avec mes cousines, à 13 ou 14 ans Fatou qu’on appelait Nana 12 et Adja 10 ans, on avait un classeur avec toute les collections, les boutiques que nous allions ouvrir. J'avais ma machine à coudre, on avait notre nom et crée notre logo, MANADJA, c'était la liaison de nos noms à toutes. Lorsque je partais en vacances au Sénégal je me fabriquais des tenues que j’allais présenter au couturier du quartier (rires)

Lundanaa : Mais où en est la boutique ?


MARY : Dans le coeur (rires) ! Un jour peut-être mais Plus sérieusement, heureusement que depuis d'autres opportunités se sont offertes à moi mais les projets reste bel et bien présents cela m'a permit de développer mes passions. J'ai toujours eu un esprit créatif j'aime l'histoire, la science, j'ai écrit aussi des romans dont un qui s'appelait les Noukoura, mon tout 1er, j’avais 12 ans. Mais je n’ai jamais osé en proposer un du fait de ma timidité.


Lundanaa : Toutefois tu surmontes ta timidité pour défiler lors de la fashion week. Quelles sont tes réalisations dans le domaine de la mode ?

MARY : En effet j'ai pu défiler pour le créateur Henrick Vibskov mais Je vais casser beaucoup de rêve : j'étais au travail, je suis aller durant ma pause sortie devant le magasin. Un homme me regarde. Il vient vers moi et me demande si je souhaite défiler durant la fashion week. Comment dire non. Cela fait la deuxième édition que je défile pour ce créateur. Sans casting.







Lundanaa : C'était un chasseur de tête qui t'a naturellement repéré.

Mary : oui d'ailleurs, ce qui a pu jouer en ma faveur, c'est ma coiffure de core Mais j'avais déjà défilé pour l’événement "Africa Now".


Lundanaa : Comment as-tu vécu cette expérience ?

Mary : fatiguant mais génial ! des répétitions jusqu'à 3H du matin. En plus en plein mois de février. Mais c'était une expérience géniale.







Lundanaa : Le défilé de l'africa now est ce que cela t'as donné goût au mannequinat ?


Mary : a vrai dire c'est une expérience qui vient sur le moment tout en sachant que cela peut s’arrêter.


Lundanaa : Pour revenir avec Henrik Vibskov, cela fait deux fois que tu défiles pour eux. C'est que l'expérience te plait?

Mary : Oui ! il faut savoir que la fashion week aide à avoir une exposition particuliere. D'ailleurs, début mars (2020) je suis invité à Los Angeles pour un projet avec une marque alternative. Travailler dans la mode m'ammène à beaucoup prendre soin de moi de mon corps. c'est très plaisant. Je suis très timide et le fait que les expériences viennent à moi, j'en suis ravie. Je ne sais pas me vendre, à cause de ma timidité. Mais toutes les expériences qui viennent sont un vrai plaisir.






Lundanaa : : Avant tes défilés, vu que tu n'es pas du milieu, est-ce que l'ont t'as formé sur les démarches à avoir ?

Mary : Avoir des regards posés sur soi c'est tout de suite anxiogène pour moi. J'ai souvent eu envie de vomir avant de commencer les défilés (rires). Mais apparement, j'ai une démarche qui passe.

Lundanaa : Donc tu es une personne qui enrage car tout t'arrive naturellement en soi (rire). Te considères-tu en tant que mannequin ?


Mary : Je n'aurai pas la prétention de me définir en tant que mannequin, parce que déjà je ne suis pas assez payé pour (rire) et puis parce que mes expériences ne sont pas assez linéaire pour parler de carrière. Pour moi c'est plus un enchainement d'expériences que je vois comme du plaisir. Je ne me mets pas dans une certaine pression pour ne pas tomber dans le burn-out. Je ne souhaite pas me mettre dans des situations pareille étant moi même passé par des moments étant plus petite par des brimades donc je suis très détaché de ce type de pression.





Lundanaa : quel dernier conseil tu pourrai donner aux personnes qui n'ayant pas de profil adapté pour le mannequinat ?


Mary : Soyez vous même. Si vous vous présenter à une porte et qu'elle ne s'ouvre pas continuez à frapper à une deuxième etc. Si aucune ne s'ouvre, construisez votre propre maison.
A titre personnelle, je sais qu’avec mes mensurations, je ne correspond pas aux critères des maisons de mannequins alors j'ai développer mes réseaux pour le développer de mes propres moyens. C'est sûre que ce n'est pas facile, mais il faut être le type d'énergie que l'on souhaite attirer.



Cette expérience vous inspire t-elle ? voulez vous aussi partager votre expérience ? N'hésitez pas à me contacter ou à partager votre expérience en commentaire








SHARE:

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Un avis, une question, un commentaire ? C'est Ici

Blog Layout Designed by pipdig